Muséum National d’Histoire Naturelle

Le Muséum national d’Histoire naturelle : l’expertise scientifique  au service de la connaissance et de la conservation de la Nature.

La prise de conscience environnementale et la sauvegarde de la planète sont au cœur des débats contemporains. L’implication du MNHN dans des actions de consolidation des connaissances et de conservation de la nature résulte d’un engagement de longue date au bénéfice de la nature et de la société en général. Cet engagement prend tout son sens en accompagnant les acteurs du territoire, les gestionnaires d’espaces et les entreprises dans leur démarche environnementale.

4 ans pour faire évoluer les pratiques

Soucieuse d’intégrer au mieux les golfs dans le territoire qui les entoure et de limiter leur impact environnemental, la FFGolf a noué un partenariat avec le MNHN en 2016, pour une durée de quatre ans. Les espaces golfiques sont en effet dédiés au jeu mais comportent aussi des espaces à caractère naturel au sein de chaque parcours : arbres isolés, réseaux de haies, mares, ruisseaux, prairies, bosquets, etc.

Une meilleure compréhension des mécanismes d’interaction entre fonctionnement de la biodiversité et gestion d’espaces pour le jeu, permettront d’évoluer vers des pratiques à bénéfices réciproques, à la fois pour l’environnement et pour les usagers des golfs. L’amélioration de la qualité des milieux, une augmentation de la richesse de la biodiversité, une meilleure intégration des espaces naturels des parcours dans le territoire sont autant d’atouts permettant aux golfs de témoigner de leur engagement, de valoriser un « sport de nature » et de conférer aux joueurs un environnement de qualité.

Cette initiative s’inscrit dans la continuité des engagements de la Charte nationale « Golf et environnement », qui a vocation à réduire l’impact des golfs sur la ressource en eau en limitant notamment les prélèvements ainsi que l’utilisation de produits phytosanitaires.

Une démarche scientifique pour comprendre et agir ensemble

Autour de cet axe majeur de la connaissance et de la préservation de la biodiversité, la FFGolf a sollicité l’expertise du SPN pour l’accompagner dans la mise en œuvre de démarches expérimentales et innovantes. Cet accompagnement s’opère en favorisant l’articulation opérationnelle entre activités de recherche d’une part et questionnements des gestionnaires d’espaces naturels d’autre part.

Le projet d’étude s’est construit autour du suivi spécifique du Golf National qui accueillera, dès 2018, la Ryder-Cup, et en s’appuyant sur un réseau de sites témoins sur le territoire français. Ces études permettront de mieux cerner et mesurer les impacts générés par l’emprise d’un golf sur des espaces naturels, mais aussi, d’apporter des réponses opérationnelles applicables largement.

L’objectif in fine est de permettre à la FFGolf et aux Golfs eux-mêmes :

  • de mieux appréhender les enjeux de biodiversité,
  • de disposer d’outils scientifiques reconnus pour évaluer ces enjeux et les suivre,
  • de s‘approprier ces outils afin de mettre en œuvre des actions de gestion favorables à leur environnement.

Zoom sur le suivi du Golf National de St-Quentin-en-Yvelines

Le suivi spécifique du Golf National a lieu dans le contexte de la Ryder-Cup 2018. Il intervient en amont, pendant, et après l’évènement, afin d’évaluer la résilience de certains milieux perturbés et d’accompagner le golf dans la mise en œuvre de mesures de restauration adaptées sur les zones hors-parcours.

Le suivi implique l’intervention d’experts écologues et naturalistes et se fonde sur le déploiement d’un protocole scientifique développé par le Muséum, l’indicateur de qualité écologique (IQE. Cf. http://iqe-spn.mnhn.fr/). Cet indicateur permet de mesurer dans le temps l’évolution des milieux naturels en lien avec les pratiques de gestion et d’aménagement mises en œuvre sur un site.

Les résultats obtenus alimenteront plus largement la démarche nationale visant à transférer à l’ensemble des structures golfiques des outils adaptés pour intégrer progressivement une stratégie commune de gestion de la biodiversité.

Une contribution à la connaissance du patrimoine naturel

L’ensemble des surfaces allouées aux golfs représente environ 30 000 hectares sur le territoire métropolitain dont une partie seulement est allouée à la pratique du jeu. Cela constitue une surface considérable encore mal connue en termes de biodiversité. La convention d’étude permettra d’approfondir les connaissances scientifiques relatives à cette richesse naturelle peu explorée et de collecter de nouvelles données pour le territoire national.

L’ensemble de ces données seront mises à disposition du plus grand nombre au travers du site de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), site de référence nationale sur la biodiversité.

L’organisation des données naturalistes collectées au sein des golfs leur permettront de :

  • disposer d’un baromètre des connaissances naturalistes dans les golfs,
  • organiser les retours d’expériences,
  • replacer leurs enjeux et leurs actions de préservation de la biodiversité dans une approche territoriale plus globale,
  • valoriser la biodiversité présente sur les sites.

Pour les golfs, les données ainsi contextualisées leur permettront de mieux gérer l’intégration des sites par rapport aux enjeux globaux nationaux.